Au procès du Mediator : « La vie du médicament est prioritaire sur la vie des malades »

Premiers témoins, les auteurs d’un rapport de l’IGAS de 2011, ont expliqué comment un médicament, prescrit pour ce qu’il n’est pas, parvient à se maintenir 34 ans sur le marché alors qu’il présente des risques graves pour la santé.

Par Pascale Robert-Diard  Publié aujourd’hui à 06h25, mis à jour à 10h47

Article réservé aux abonnés

Ecartées, les questions prioritaires de constitutionnalité (QPC). Renvoyées au délibéré, les exceptions de nullité et les sollicitations de contre-expertises médicales. Rejetées, les demandes de renvoi. Après une semaine de bataille procédurale menée par la défense des laboratoires Servier, la présidente Sylvie Daunis a ouvert, mardi 1er octobre, la première page du premier chapitre du procès du Mediator devant le tribunal correctionnel de Paris.

De ce désastre sanitaire – plusieurs centaines de morts, des milliers de personnes handicapées à des degrés divers –, l’instruction désigne deux responsables. D’une part, les laboratoires Servier, qui répondent de « tromperie aggravée » pour avoir « sciemment dissimulé » les propriétés pharmacologiques du Mediator, un médicament présenté comme antidiabétique mais souvent prescrit comme coupe-faim, consommé par près de cinq millions de personnes depuis 1976.

D’autre part, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), devenue Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, poursuivie pour « blessures et homicides involontaires », à laquelle sont reprochées une série de défaillances et une grave impéritie dans l’exercice de sa mission de contrôle.

Cette lecture judiciaire de l’affaire du Mediator trouve sa matrice dans le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), commandé en décembre 2010 par le ministre de la santé de l’époque, Xavier Bertrand, et rendu six semaines plus tard, le 15 janvier 2011.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Le Mediator était essentiellement consommé par des femmes

« Anomalie fondamentale »

Ses trois auteurs, Etienne Marie, Anne-Carole Bensadon et Aquilino Morelle, sont les premiers témoins cités à la barre du tribunal. Leur constat est glaçant : un médicament aux qualités thérapeutiques douteuses, prescrit pour ce qu’il n’est pas et dissimulant ce qu’il est – un anorexigène – parvient à se maintenir pendant trente-quatre ans sur le marché alors qu’il présente des risques graves pour la santé en déjouant tous les contrôles et en passant outre les multiples alertes.

Autorisé en 1976 pour son action sur le métabolisme des lipides et des glucides, « le Mediator a été évalué neuf fois et neuf fois les experts ont dit que son intérêt thérapeutique était très faible », observe Etienne Marie. Ce « scepticisme » se manifeste dès 1979, quand le Mediator est qualifié « d’adjuvant », ce qui signifie qu’il « n’a pas de qualité thérapeutique ». Les experts recommandent quelques années plus tard que sa deuxième indication (sur les glucides) soit supprimée. Rien ne se passe. Ils réitèrent cette demande en 1995. Toujours en vain. Le Mediator reste commercialisé.

La suite est réservée aux abonnés.